Yvon et Marie-Christine Soquet

Rencontre avec Yvon et Marie-Christine Soquet

Yvon Soquet, ébéniste de métier, n’a rien à voir avec le geek d’aujourd’hui appartenant à la famille de l’homo-numéricus 2.0.

Il n’a pas d’ordinateuret trouve cela très bien ! Il me montre les photos de ses exploits… sur papier, à l’ancienne ! Il n’est pas du genre virtuel mais plutôt virtuose ! Les sommets sont ses défis, ses pieds endurants l’ont amené partout où ses yeux voulaient voir…

Aujourd’hui, il marche encore beaucoup sur notre chemin de Saint-Julien, vous avez sans doute dû croiser son pas et son visage enjoué !

Sa femme Marie-Christine, ancienne infirmière à domicile, l’a accompagné partout où elle a pu dans ses expéditions insolites .Yvon me confie, avec malice, qu’il a souvent été scotché par la témérité de ce petit bout de femme, mais… Tout un chacun sait aujourd’hui que derrière (et parfois devant…) une personnalité masculine, on trouve souvent une femme, discrète comme les pierres des fondations d’une maison, mais qui soutient tout l’édifice avec ardeur.

 

Elle est toujours là quand les coups sont durs !… Voici donc notre couple Soquet niché sur les flancs d’une colline au fond du chemin de Saint-Julien comme des oiseaux maritimes toujours prêts à l’envol vers de nouveaux horizons.
Par hasard, à 45 ans, lors de vacances en Savoie avec sa famille, trois enfants sont nés alors, Yvon rencontre un guide de montagne qui lui ouvre les yeux sur le spectacle grandiose des sommets.
Fasciné par la beauté des lieux, et tel Moïse, il redescend transfiguré quand il revient !
Il ne sera jamais plus le même et n’aura de cesse de toujours aller plus haut, jusqu’à ce que son corps lui manifeste un jour… ses limites !…

 

Ainsi, depuis, l’escalade est devenue son alternative !!!

Ses exploits

Il a commencé, en 1982, par les Pyrénées, puis pour ne citer que les plus importants:

  • en 1987 le Yémen,
  • en 1989 le Mont Blanc,
  • en 1991 le Hoggar en Algérie,
  • en 1995 il plante le blason de BIOT sur le Cotopaxi dans la Cordillère des Andes
  • en 1996 le Kenya où il fête son anniversaire de mariage avec Marie-Christine en haut du Kilimandjaro,
  • en 1997 le Mont Atlas au Maroc,
  • en 1999 le Chili, l’Argentine avec l’Aconcagua  à 6959 m d’altitude.

 Quel palmarès !....

 

Il retrouve, un jour, les dessins de jeunesse de sa femme et s’étonne que tout ébéniste qu’il est, très habile de ses mains, il est bien incapable de poser sur le papier un quelconque dessin.
Aussi, l’incite-t-il à reprendre des cours de dessin et de peinture et c’est au tour de Marie-Christine, sa femme, de gravir les sommets de son art...
D’ailleurs aujourd’hui les murs de leur séjour se tapissent au gré des thèmes imposés par le professeur, de jolis tableaux aux couleurs particulièrement pétillantes.

Je les observe en parlant… De leurs deux visages infusent une tendre harmonie, une douceur de vie qui repose et ravit. Les gens accomplis nous transportent, n’est-ce pas ? 

Leur histoire est le meilleur antidépresseur que je connaisse…

Je prends congé de mes hôtes… Quand… Yvon m’invite…  à découvrir son atelier d’ébéniste situé dans les sous-sols de sa maison.
Comment donc, après tant de richesses de vie, peut-il me passionner plus encore ?
Son atelier, c’est là qu’il se retranche et peaufine ses objets. Il me les montre avec délicatesse comme on dévoile un secret… Et je découvre que si ses pieds sont agiles, quoiqu’il en dise…  ses mains ne les trahissent pas !
Mais c’est sûr, ici dans son atelier, il est bien le seul à pouvoir retrouver un outil ou un produit dans cet enchevêtrement incroyable !

Trois heures se sont écoulées, il me raccompagne en faisant le pourtour de la maison et me salue…
J’ai l’impression bizarre… de quitter un refuge de montagne où le gardien me fait signe en attendant ma prochaine visite…

Je descends lentement le long chemin pentu qui serpente, sans rappel !