PPRIF

Laurence Desportes - Présidente - Responsable commission PPRIFLes objectifs de la commission PPRIF (Plan de Prévention des Risques d’Incendie de Forêts) s’inscrivent comme toutes les autres commissions de l’Association Saint Julien Roquefort dans le cadre de la sécurité des personnes et des biens des riverains, de la qualité du cadre de vie.

Les actions portent sur la révision du zonage actuel des habitations et terrains constructibles sis au chemin de Saint Julien et au chemin de Roquefort. Tout d’abord nous voulons obtenir le déclassement des habitations des 2 zones roses (B0) en zone Bleue (B1a), puis de tout l’ensemble du quartier en zone B1 et B2. Il est en effet inadmissible que des Biotois vivent dans une zone considérée comme  dangereuse. Notre sécurité et la valeur de notre patrimoine immobilier sont en jeu.

Ceci dit, nous maintenons que le classement de notre quartier, dans le cadre du PPRIF approuvé le 9 juillet 2008 et opposable le 9 septembre 2008, est injuste et basé en partie sur des erreurs (ex : largeur des voies d'accès aux habitations, application de la carte des aléas au zonage PPRIF ...). Nous  l’avons prouvé au cours de l’enquête publique de Mars/Avril 2007 et utiliserons à nouveau cet argument pour négocier, avec la Mairie de Biot, des solutions réalistes et réalisables auprès du SDIS (Service Départemental d'Incendie et de Secours), de la DDAF (Direction Départementale de l'Agriculture et de la Forêt) et du Préfet. Nous comptons sur notre nouveau maire pour demander une première révision du PPRIF dans un délai raisonnable.

Nous militons :

  • pour améliorer le réseau d’hydrants
  • pour l’aménagement des chemins Saint Julien et Roquefort
  • pour la création d’aires de retournement pour les pompiers
  • l’aménagement de pistes DFCI
  • pour un plan d’alerte incendie fiable
  • pour des  campagnes d’information aux risques d’incendie

Nous sommes à la disposition des riverains pour les informer, et pour les aider dans leurs dossiers de demande de déclassement, en particulier si une seconde enquête publique doit avoir lieu. Nous sommes en état de donner un avis sur tous les documents d’aménagement, de discuter avec les élus locaux et les représentants des services de l’Etat et d’envisager des phasages du fait des incidences et contraintes financières.

Il s’agit là des objectifs essentiels, ceux ci peuvent être enrichis.